Hommage aux Chibanis : Jeune Chibani
Auteur : Collettivo FX
Date : Juin 2019 (photos prises en 05/2020)
Collettivo FX
C'est à l'occasion de la semaine contre le racisme "Tous Unis contre la Haine" de Montreuil, que Collettivo FX a été invité à réaliser une fresque en hommage aux Chibanis sur les murs de la cité Jean Moulin à Montreuil. 
Le choix de cette cité est dû au fait qu’elle a été le premier logis pour beaucoup de Chibanis pendant les années de reconstruction de la France qu’on a appelé les Trente Glorieuses. 
Un chibani est un ancien travailleur immigré, le plus souvent maghrébin, qui au moment de la retraite se trouve lésé par rapport à un français ayant exercé le même emploi. Un phénomène créé par le fait que durant cette période on faisait signer des contrats de travail particuliers qui généraient petits boulots, petites payes et petits droits à la retraite. 
Alors que les chibanis ont construit le confort de la France que l'on connaît aujourd'hui, ils se trouvent aujourd’hui souvent démunis. Leur dédier une fresque n’a pas fait l'unanimité, car ce qu'ils cherchent avant tout ce sont des réponses à leurs problèmes, plutôt que des éloges. Mais la réalisation de ces fresques peut aussi les aider à se faire mieux entendre. 
Les Chibanis de Montreuil sont de toutes provenances. Il y a avant tout des algériens, mais aussi des sénégalais, des vietnamiens, des laotiens ou même des italiens et des portugais. 
Chibani en algérien veut dire "cheveux blancs", entendu comme le vieux sage aux cheveux blancs, mais veut également dire "lumière" en langue Chewa, qui est une langue de la famille des langues bantoues parlées dans toute l'Afrique centrale et australe. 
Derrière Collettivo FX, il y a un artiste italien, Simone Ferrarini, qui a réalisé de nombreuses fresques en Italie et en Allemagne en faveur de l’accueil des migrants. Le style de cet artiste n’est pas sans rappeler celui de Zoo Project (Bilal Berreni) – voir ICI
Pour Montreuil, Collettivo FX a voulu représenter un chibani jeune (ici), et un chibani d’aujourd’hui (voir ICI). 
Un autre hommage aux chibanis a été réalisé en bordure du périphérique en 2016 par Vinci Vince (voir ICI)